LES 6 ET 13 DÉCEMBRE, SANCTIONNONS LA MAUVAISE GESTION SOCIALISTE DES RÉGIONS

Les régions socialistes sont, à l’image de la gauche au gouvernement, incapables de faire prospérer notre pays et nos territoires. Les socialistes ne peuvent pas échapper à leur bilan. Les 6 et 13 décembre prochains, il faudra redonner à nos régions la force et l’énergie d’assumer leurs ambitions.

Des dépense en hausse continue synonymes de hausses d’impôts et de taxes pour les contribuables

Les socialistes n’ont pas compris l’intérêt d’une maîtrise des comptes publics et leur bilan, en la matière, traduit une politique axée sur une dépense toujours plus galopante.

 

  • Depuis 2004, les dépenses des régions de gauche ont été multipliées par plus de deux.
  • Les frais de personnels dans les régions socialistes ont été multipliés par six, depuis 2004.
  • La dette a, quant à elle, été multipliée par deux et demi dans les régions gérées par gauche, depuis 2004.
  • Les régions socialistes dépensaient près d’un milliard d’euros de plus en 2014 que quatre ans plus tôt, en 2010, cette nouvelle dépense étant à plus de 90 % absorbée par des dépenses de fonctionnement.
  • Le train de vie des régions l’emporte sur l’investissement. Alors que les régions consacraient près de la moitié de leur budget à investir il y a dix ans, cette part ne représente plus que 38 % aujourd’hui.

 

Ces choix budgétaires augmentent la pression fiscale pesant sur les contribuables. De 2010 à 2014, les recettes fiscales des régions ont ainsi progressé de 1,3 milliard d’euros. Alors que le pouvoir d’achat des Français s’effrite, les régions socialistes alourdissent systématiquement l’effort pesant sur les ménages.

Comme les impôts, la dette des régions s’est envolée, augmentant de 5,2 milliards d’euros pour les régions dirigées par la gauche en l’espace de quatre ans.

Nos régions ne peuvent plus se permettre de poursuivre sur la voie d’une hausse incontrôlée des dépenses. Il est grand temps de transformer nos régions en collectivités exemplaires dans la gestion et la maîtrise fiscale. L’argent public ne peut pas être ainsi gaspillé !

Un bilan inexistant en matière d’emploi, de développement économique et de soutien à la ruralité

Alors que les régions disposaient de nombreux atouts pour aider les Français à amortir le choc de la crise, les régions, gérées par la gauche, ont progressivement délaissé leur cœur de compétence, abandonnant les Français à leurs difficultés.

 

  • Entre 2010 et 2014, les crédits que les régions de gauche ont alloués à l’éducation ont reculé de 235 millions d’euros. Il est pourtant absolument nécessaire d’investir dans notre jeunesse et dans l’apprentissage, alors qu’un jeune sur quatre est au chômage dans notre pays.
  • La part du budget consacrée par les régions socialistes à l’action économique s’amenuise et ne représente même plus 8 % de leur effort financier.
  • Dans les régions, la gauche n’a pas su renforcer notre agriculture face à la crise et n’a pas pris les mesures pour lutter contre le douloureux abandon que subissent les habitants des territoires ruraux.

 

Les régions de gauche auraient dû faire beaucoup plus sur le front de l’éducation, de la formation, de l’aide aux territoires, du soutien à l’économie et à l’emploi.

Les commentaires sont fermés.

WP SlimStat